Francis Picabia. Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction

Sous la direction de Cathérine Hug & Anne Umland. Avec des contributions de George Baker, Carole Boulbès, Masha Chlenova, Michèle C. Cone, Briony Fer, Gordon Hughes, David Joselit, Jean-Jacques Lebel, Bernard Marcadé, Arnauld Pierre, Juri Steiner, Adrian Sudhalter & Aurélie Verdier

Francis Picabia. Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction

54,95

Pages

368

Dimensions

30,5 x 24

Format

Couverture reliée sous jaquette

Une « série kaléidoscopique d’expériences ». C’est ainsi que Marcel Duchamp a décrit la carrière artistique de son ami Francis Picabia (1879–1953), dont l’oeuvre d’une diversité époustouflante est passée, en l’espace de cinquante ans, de l’impressionnisme à l’abstraction radicale, de la provocation dadaïste au pseudo-classicisme, et du réalisme photographique à l’art informel.

Intrépide et audacieux, impétueux et brillant, Picabia ne devint à la fois fameux et infâme par sa position aux avant-postes du dadaïsme que pour rompre publiquement avec ce mouvement en 1921. Ayant abandonné Paris en 1925 pour vivre sur la Riviera française, où il allait rester jusqu’après la Seconde Guerre mondiale, l’artiste continua à mener de front son art et sa vie, mêlant peinture, écriture, nautisme, jeux d’argent, organisation de soirées et passion des voitures de sport. Ce métamorphe invétéré, qui remettait constamment en question l’objectif et la signification de l’art et semblait avoir toujours une longueur d’avance sur ses critiques et ses pairs, a inspiré nombre de jeunes artistes, même si son héritage iconoclaste et son impact sur le modernisme du xxe siècle restent pour l’essentiel inconnus du grand public.

Francis Picabia. Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction accompagne la première rétrospective exhaustive de la carrière de l’artiste jamais organisée aux États-Unis, et la première en Europe depuis plus d’une décennie. L’ouvrage, produit en collaboration par The Museum of Modern Art de New York et le Kunsthaus Zürich, explore l’oeuvre de Picabia dans son ensemble, les aspects significatifs de la carrière complexe de l’artiste étant traités en profondeur par d’éminents spécialistes. Une chronologie détaillée et une liste des oeuvres annotée complètent cette vaste étude sur un des artistes les plus provocateurs et les plus influents de ces cent derni ères années.

Cathérine Hug est conservatrice au Kunsthaus Zürich, où elle a récemment coorganisé les expositions Dadaglobe Reconstructed (2016), Europe. L’avenir de l’histoire (2015) et De Matisse au Cavalier bleu. L’expressionnisme en Allemagne et en France (2014).
Anne Umland est conservatrice des tableaux et des sculptures de la collection The Blanchette Hooker Rockefeller du Museum of Modern Art de New York, où elle a récemment coorganisé l’exposition Picasso. Sculpture (2015–2016) et organisé Magritte. Le mystère du quotidien (2013–2014).
Francis Picabia. Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction  rassemble également des essais de George Baker, Carole Boulbès, Masha Chlenova, Michèle C. Cone, Briony Fer, Gordon Hughes, David Joselit, Jean-Jacques Lebel, Bernard Marcadé, Arnauld Pierre, Juri Steiner, Adrian Sudhalter et Aurélie Verdier, ainsi qu’une chronologie illustrée de Rachel Silveri et une liste des oeuvres annotée par Natalie Dupêcher avec la collaboration de Talia Kwartler.

UGS : 289 Catégorie :