Japanomania in the Nordic Countries (1875-1918)

Sous la direction de Gabriel P. Weisberg & Anna-Maria von Bonsdorff

Actuellement indisponible

Japanomania in the Nordic Countries (1875-1918)

44,95

Actuellement indisponible

Pages

288

Dimensions

29,2 x 23,8 cm

Format

Reliure cartonnée

Bien que le japonisme ait abondamment été étudié en France, en Angleterre et aux États-Unis, l’impact de la culture et de l’art japonais sur l’art nordique n’a été abordé que ponctuellement. S’il n’a gagné la Scandinavie qu’un peu plus tard au xixe siècle, le japonisme y a affecté l’ensemble des arts visuels, avec une subtilité et une diversité souvent sans commune mesure avec d’autres pays européens.

Cet ouvrage montre comment cette pénétration a généré une créativité vibrante, à l’origine d’un dialogue international avec le reste de l’Europe, tout en contribuant, dans chaque pays, au développement d’aspects nationalistes.

Cet ouvrage montre l’universalité de tous les arts – peinture, arts décoratifs, estampes – révélant comment l’unité artistique japonaise devint, en Scandinavie, un concept fondamental. L’étude de l’art japonais a renforcé la prédilection locale pour la nature. La popularisation de tous les aspects des arts appliqués, avec la création d’un look japonais, amena des firmes commerciales à produire une nouvelle esthétique visuelle, qui contribua à revitaliser les arts décoratifs.

Collectionné dans toute la Scandinavie, l’art japonais entra dans les musées durant les années 1880-1890, fournissant aux peintres, graveurs et artisans les modèles nécessaires à l’élaboration d’un vocabulaire visuel original.

Tous les arts prirent un nouvel essor, avec la création d’un environnement utopique caractérisé par une parfaite harmonie entre la nature et l’humain.

Accompagne l’exposition à l’Ateneum Art Museum à Helsinki, 18 février – 15 mai 2016 / à la National Gallery Norway à Oslo, 16 juin – 16 septembre 2016 / à la National Gallery of Denmark à Copenhague, 19 janvier – 23 avril 2017.

Sous la direction de Gabriel P. Weisberg & Anna-Maria von Bonsdorff.