Pourquoi les photographies de Christine Bastin et de Jacques Evrard, comme la visite de nombreux cimetières militaires et de mémoriaux des deux guerres mondiales sur le front occidental à laquelle ils nous invitent, suscitent-elles ce choc, cette puissante émotion, nous faisant découvrir un art du paysage et de véritables jardins qui parlent du pays d’origine des morts reposant là sous l’humus ? Quelles sont les racines de l’art de ces cimetières militaires conçus comme des jardins dans l’histoire du cimetière civil occidental ? En quoi trouvent-ils leurs sources dans l’histoire des jardins, du paysage et de l’architecture de chacune des nations concernées ?
Pour répondre aux interrogations des visiteurs virtuels et de ceux que nous invitons à découvrir ce patrimoine méconnu en se rendant sur le terrain,
nous avons réuni plusieurs auteurs, experts dans leurs domaines respectifs : Marie-Madeleine Damien, secrétaire générale de l’Association Paysages et Sites de mémoire de la Grande Guerre, professeure émérite de l’Université Lille I ; Paul Gough, peintre, écrivain, vice-chancellor et vice-président du College of Design and Social Context RMIT University, à Melbourne ; Isabelle Loodts, archéologue, journaliste, auteure et réalisatrice ; Bernard Klein, directeur du Centre international Albert Schweitzer à Niederbronn-les- Bains ; Chantal Pradines, spécialiste reconnue des allées d’arbres et Simon Rietz, architecte paysagiste, auteur d’un doctorat sur l’histoire des cimetières militaires allemands de la Première Guerre mondiale.

Michel Racine architecte-urbaniste venu au jardin, membre d’honneur du Comité Scientifique International ICOMOS-IFLA des paysages culturels.

Photographies de Christine Bastin & Jacques Evrard.