Dans Le Symbolisme en Belgique, Michel Draguet, professeur à l’ULB, étudie les différentes tendances à la base du Symbolisme, dernier grand courant artistique du 19e siècle. C’est dans la littérature, la mythologie, l’érotisme et l’obsession de la mort que les artistes puisaient les sujets qui peuplent leurs tableaux: femmes pensives aux cheveux roux, corps immatériels, sphinx et femmes fatales des peintres comme Wiertz, Rops, Mellery, Khnopff, Delville et Fréderic n’aspiraient plus à représenter les dehors de la vie, mais bien sa signification profonde.