“Le palais du prince Liégeois est plus accomply que n’est le Louvre à Paris” » s’émerveille Philippe de Hurges en 1615. Victor Hugo s’exclame deux siècles plus tard : “Je n’ai vu nulle part un ensemble architectural plus étrange et plus superbe”. Le plus beau monument civil de Wallonie représente, depuis plus de mille ans, le symbole de l’identité liégeoise. Édifié sous Notger, le fondateur de la Principauté de Liège, à la fin du premier millénaire, il fut reconstruit au XVIe siècle par Érard de la Marck lors de la Renaissance du pays de Liège. Centre du pouvoir, qu’il soit politique, juridique ou religieux, le palais a abrité la cour du prince et le siège des institutions.

Après la Révolution liégeoise de 1789, le palais connaîtra une éclipse mais renaîtra au XIXe siècle quand Liège deviendra la capitale économique de la deuxième puissance industrielle mondiale. Il abritera alors, dans l’aile néo-gothique de Charles Delsaux, le Gouvernement provincial. La Justice continuera, elle, à s’exercer sous les plafonds du XVIIIe siècle de Georges-Louis de Berghes et de Jean-Théodore de Bavière. La délicatesse de la décoration de ces lieux est digne des plus beaux palais européens.

Espace marqué par de multiples courants culturels, le palais incarne l’avenir de la région liégeoise. Les auteurs, spécialistes reconnus, géographes, juristes, hommes de lettres du nord et du sud du pays montrent, à la suite des historiens et historiens de l’art, les signes encourageants d’un nouveau départ. Cest bien un message de fierté que le palais donne à nos contemporains. Le reportage de Régine Mahaux, mêlant sensibilité et fantastique, en témoigne par la vision de l’artiste.

L’ouvrage apporte un regard neuf et décapant sur ce monument emblématique.

Résumés en fin d’ouvrage en néerlandais, en allemand et en anglais.

Avec la contribution de Francis BALACE, Bruno DEMOULIN, Laurent DEMOULIN, Jean-Patrick DUCHESNE, Guido FONTEYN, Isabelle GRAULICH, Pierre-Yves KAIRIS, Jean-Marie KLINKENBERG, Jean-Louis KUPPER, Catherine LANNEAU, Régine MAHAUX, Bernadette MERENNE, Cécile OGER, Michel PÂQUES, Philippe RAXHON.