Depuis les années 1960, le rock fait partie, avec d’autres cultures populaires comme la science-fiction, des nouvelles sources d’inspiration et de réflexions que détournent les artistes plasticiens. Célébrée avec nostalgie ou parodiée avec virulence, sa « religion » hante, depuis le pop art, tout un pan de l’art contemporain de ses distorsions électriques et refrains diaboliques. Associé à l’art, le rock élargit le spectre d’une sensibilité désormais partagée : de la révolte politique à la crise identitaire en passant par le nihilisme artistique.
Abondamment illustré par des reproductions d’oeuvres et des documents d’archives, ce livre aborde la production éclectique du combo que forment l’art et le rock, suivant trois grandes modes : le folk des sixties avec son étrangeté vernaculaire, le glam des années 1970 avec sa théâtralité extravagante, et enfin le mouvement punk dont la rage rebelle produira dans les années 1980 nombre de projets indépendants et alternatifs en réaction à l’industrie musicale. La discographie et l’iconographie de cette formation croisée s’y déclinent en de multiples formules, allant du design d’album rock par des artistes à la formation de groupes, en passant par les multiples relations, tantôt critiques, tantôt complices, que ces deux cultures ne cessent d’entretenir aujourd’hui par-delà leurs divergences.

Grand-Hornu, MAC’s, du 23 octobre 2016 au 22 janvier 2017