Enfin disponible en réimpression française à l’identique, ainsi que dans une nouvelle édition anglaise.

Fascinante dans sa forme et redoutable par la beauté qui en émane, la statuaire des Songye est habitée par une force, une puissance et un souffle inégalés en Afrique centrale. Dans la création de la statuaire songye, trois apports se complètent : ceux du forgeron, du sculpteur et du ” nganga”. Leurs actions se conjuguent pour transformer les sculptures en forces actives, efficaces et éminemment redoutables. Nous y retrouvons une dimension insoupçonnée remontant aux sources mêmes des peuples d’Afrique centrale. L’humain s’affronte aux énergies de l’univers et, à travers un enseignement ésotérique, engendre une nouvelle culture sociale et politique. Les effigies demeurent des témoins silencieux de cette mutation.

Dans cet ouvrage, près de mille statues et statuettes ont été rassemblées et étudiées avec acribie sur les plans morphologique, stylistique et historique. François Neyt, grand spécialiste de l’art dAfrique centrale, nous fait ainsi découvrir toute la force et la puissance de cet art fascinant.

Ce livre passionnant est un outil de référence tant pour les historiens de l’art que pour les collectionneurs.

François NEYT, moine bénédictin au monastère Saint-André à Ottignies, Belgique, est né à Likasi, République démocratique du Congo, où il passa son enfance et son adolescence. Docteur en philosophie et lettres de l’Université catholique de Louvain, avec une thèse sur l’Orient chrétien, il retourna en Afrique et y enseigna les arts africains à l’Université officielle du Congo, puis à l’Université nationale du Zaïre, de 1968 à 1972. Il collabora avec l’Institut des Musées nationaux du Zaïre.

De retour en Europe, il effectua plusieurs missions en Côte d’Ivoire, au Mali, au Nigeria. Au Zaïre, il réalisa des enquêtes en pays hemba et luba et fut professeur invité à Lubumbashi. En 1980, il succéda à Albert Maesen au département d’archéologie et d’histoire de l’art à Louvain-la-Neuve. Lors des 500 ans du Brésil, il fut commissaire de l’exposition des arts afro-brésiliens à Sao Paulo.

Président de l’Alliance Inter-Monastères, membre de l’Académie Royale des Sciences d’Outre-Mer en Belgique et d’autres sociétés scientifiques, il a publié plusieurs ouvrages et articles sur les arts de l’Afrique noire : “La grande statuaire hemba du Zaïre”, 1977 ; “Arts traditionnels et histoire au Zaïre”, 1980 ; “L’art eket”, 1979 ; “Les arts de la Benue aux racines des traditions”, 1985 ; “Luba aux sources du Zaïre”, 1994.