Yves Zurstrassen est né à Liège en 1956. Il vit d’abord dans les Ardennes puis à Bruxelles jusqu’à ce qu’il décide d’être peintre. Il part pour la France puis pour l’Espagne, installant ses ateliers de façon nomade. Ces séjours exercent une influence décisive sur son oeuvre. Il se passionne d’abord pour la question de l’image, de sa reproduction, de ses infinies possibilités de collage, de mixage puis commence son aventure de créateur qui, chaque année d’avantage, est une véritable immersion dans la peinture qui devient une « nature première », source vivante de son inspiration. Il y rencontre aussi bien les rythmes de Matisse que ceux de Mondrian ou Stuart Davis, les intensités noires de Franz Kline, Pierre Soulages, Christopher Wool, les constructions colorées de Fernand Leger, Jonathan Lasker, Philip Taase ou Albert Oehlen. Son oeuvre sera alors exposée dans de nombreuses galeries, centres d’art ou musées, notamment en Belgique, en Espagne, en Allemagne, en France, dans les pays du nord de l’Europe. Il dialogue sans aucune contrainte avec l’histoire et l’actualité de la peinture, pour affirmer, de manière impressionnante sa phrase, son langage, sa forme.
« Vivre c’est défendre une forme » affirme Hölderlin et c’est ce que nous découvrons dans l’histoire des dix dernières années de création (2009-2019) d’Yves Zurstrassen. Umberto Ecco nous dit que grâce à l’art nous vivons dix, cent, mille vies. Ce sont toutes ces vies contenues dans l’oeuvre de l’artiste que ce livre propose d’explorer grâce à des textes de François Barré, Oliver Kaeppelin, Sophie Lauwers, Anne Pontégnie. Son titre Free est à comprendre comme une éloge de la liberté, comme la Free Energy du grand inventeur Nikola Tesla, ou comme Free Jazz d’Ornette Coleman.

BOZAR, Bruxelles, Belgique, 26/09/2019–12/01/2020