Cette biographie complète et détaillée de l’artiste belge James Ensor se déploie sous la forme d’une chronologie abondamment documentée à l’aide de lettres de et à Ensor et d’articles de journaux et de revues. Elle est magistralement illustrée par une large sélection de chefs-d’œuvre du maître d’Ostende, véritable visite guidée à travers son œuvre pour mieux mettre en lumière son évolution artistique.
La connaissance de la vie de l’artiste n’a cessé de s’étoffer grâce à l’auteur de la présente biographie et du Comité Ensor. De nouvelles données ont été découvertes dans des correspondances inédites.
On apprend, entre autres, que, début 1885, le père d’Ensor a été attaqué et grièvement blessé dans un café d’Ostende par deux jeunes hommes. L’incident  a laissé des traces indélébiles dans la psyché du peintre. Plus tard, en 1892, James Ensor achète en Allemagne une centaine de masques qu’il accroche dans son atelier ; l’effet est saisissant. Le peintre aime à faire le pitre avec le fils d’Ernest et Mariette Rousseau, ses amis bruxellois. Quelques photographies de leurs jeux et de leurs mascarades inspirent le peintre dans sa création.
D’autre part, James Ensor n’est pas dépourvu de talents d’écrivain. En 1888, il décrit au jeune Ernest Rousseau une vision ou un rêve fantastique qui démontre l’esprit bouillonnant du jeune peintre.
Vous constaterez que certaines informations factuelles du récit biographique sont en rapport avec l’inventaire de son œuvre (voir le catalogue raisonné publié en 2009 par le Fonds Mercator) : par exemple, la nomenclature des œuvres est reprise de cet ouvrage de référence.
Notons que l’intérêt pour l’œuvre hors du commun de James Ensor se verra renforcé avec l’ouverture au public en 2020 de la maison du maître ostendais.
La production de James Ensor est tellement variée et complexe que Xavier Tricot mentionne lui-même : « Après avoir étudié pendant plus de trente ans l’œuvre et l’esprit d’Ensor, je suis encore et toujours surpris par la force d’imagination incroyable et la bravoure stylistique d’un de nos plus grands peintres modernes. »

Xavier Tricot (Ostende, né en 1955), historien d’art, écrivain et peintre, est l’auteur du catalogue raisonné des peintures de James Ensor, publié par le Fonds Mercator en 2009. Il est également l’auteur du catalogue raisonné des estampes de Léon Spilliaert et de celui de Fernand Khnopff. Il a été le commissaire de différentes expositions (Ensor, Spilliaert, Louise Bourgeois) en Belgique et à l’étranger.